Votre panier est vide  Votre compte

ASSAINISSEMENT: BEN OMAR BIENTÔT DANS LES MAINS DE LA COMMISSION DE MORALISATION...

  • Par biacorp
  • Le Ven 01 Oct 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par Ali Soumana (Le Courrier N° 124 DU 30 Septembre 2010)

 L’ancien Ministre de la Communication Porte Parole du Gouvernement, Mohamed Ben Omar sous le régime de Mamadou Tandja est depuis un certain temps dans le collimateur de la Commission Nationale de Lutte contre la Délinquance Economique Financière et Fiscale (CLDEFF). Il refuserait de rembourser des sommes indûment perçus dans le cadre de l’opération « tazartché ». En tout cas pour le moment, il ferait la tête dure et refuserait d’obtempérer. Mais selon certaines sources, Ben Omar prendrait tout simplement du temps, histoire de rassembler les éléments de sa défense. Car il ne serait pas seul dans cette affaire. Il aurait demandé à son ancienne collègue, l’ancienne Ministre de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, Mme Afizou Saadé Souleye, celle là même qui avait en charge les affaires du Programme Spécial du Président Tandja de lui signer quelques décharges ; des sommes qu’il lui aurait versées dans le cadre de la propagande « Tazartché ».

Aux dernières nouvelles, Saadé Souleye n’aurait pas donné une suite favorable à la requête de Mohamed Ben Omar. Qui est con ? Jusqu’à quand la CLDEFF aura la patience de supporter les caprices de Mohamed Ben Omar ? Selon certaines sources, l’ancien Porte Parole du Gouvernement ne tardera pas à passer à « l’atelier de coiffure » de Abdoul Karim Mossi. En tout cas Ben Omar était attendu depuis longtemps au tournant. A son actif, plusieurs autres dossiers et non des moindres. Il y a le dossier relatif à la gestion de la Société Nigérienne des Télécommunications (SONITEL).

On se souvient que le rapport d’enquête parlementaire sur la gestion de la SONITEL avait mis en cause des graves manquements et des pratiques qui jurent d’avec les règles de l’orthodoxie. Le rapport avait mis en relief d’importantes sommes d’argent pompées illégalement par le Ministère de la Communication du temps de Mohamed Ben Omar. Une autre affaire de « Omar du Niger » (c’est l’identité que se serait donné Ben Omar lors de son premier passage sur RFI après la chute de Mamadou Tandja), son « château » construit à la périphérie du quartier Recasement de Niamey) et qui a fait l’objet de dissimulation dans sa déclaration des biens publiée dans le Sahel conformément aux dispositions de la loi en vigueur.

Visiblement, Ben Omar Mohamed ne parviendra pas à s’en sortir de tous ces dossiers qui pèsent sur sa tête. Si avec Mamadou Tandja, sa langue mielleuse l’a sorti des situations très embarrassantes, on ne voit pas ce que le CSRD peut bien faire de son beau parler qui a si bien collé à la propagande « Tazartchiste ». Même si pour l’heure, Mohamed Ben Omar bénéficie de la présomption d’innocence, une chose semble sûre et certaine, l’homme s’est beaucoup enrichi à la tête du Gouvernement. Il n’y a pas longtemps, sous cette même ère de restauration de la démocratie, on l’aurait vu dans la région de Zinder en pré campagne électorale distribuant des billets de banque.

Ce n’est pas fini. « Omar du Niger » aurait également en pleine campagne « Tazartché » distribué des Toyota 4X4 à quelques structures de son Parti dans le Damagaram. Vraisemblablement, la Commission de moralisation risque de lui faire vomir toutes ces belles choses.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.