Votre panier est vide  Votre compte

Avec le report de l’exploitation d’Imouraren Areva fausse le jeu

Avec le report de l’exploitation d’Imouraren Areva fausse le jeu

Écrit par Oubandoma Salissou (BULLETIN D’INFORMATION DU GREN-NIGER-N°009-Mars-2010)

Le Niger et la firme Areva, avait signé, en janvier 2009, la convention minière du projet Imouraren et les statuts de la société minière Imouraren SA. Cette convention qualifiée de gagnant-gagnant, à l’époque est en passe d’être remise en cause avec notamment le report de l’exploitation de ce site par Areva. Votre bulletin LUMIERE vous rappel l’essentiel du contenu de cette convention et la décision d’Areva de rapporter cette exploitation.

 
Plus de quarante ans, se sont écoulées depuis la découverte en 1966 desdits gisements. Déjà en 1979, rappelle-t-on, une demande de concession d’exploitation fut déposée auprès de l’administration. L’instruction de cette demande n’a pu aboutir à cause de la situation défavorable de l’uranium sur le marché mondial à l’époque. Pour rendre le projet faisable, les promoteurs multiplièrent les initiatives et envisagèrent même, pour réduire les coûts d’investissements et d’opération, une méthode d’exploitation moins coûteuse. Cette piste a dû être abandonnée pour principalement des raisons environnementales. La reprise significative du marché de l’uranium de ces dernières années, a rendu possible de remettre le projet sur la sellette. La grande taille des gisements d’uranium, leur profondeur marquée et la faiblesse de leurs teneurs, ont nécessité, au vu également de l’importance des investissements envisagés, que l’Etat mette en place un régime dérogatoire profitable aux investissements des grands projets miniers. En effet, la mise en exploitation des gisements d’Imouraren requiert plus de 800 milliards de FCFA d’investissements, un montant jamais investi dans un projet minier au Niger et rare en Afrique. L’exploitation de ces gisements dont la production va démarrer en 2012, selon les termes de la convention.
Cette exploitation va se traduire par un niveau de production de 5.000 tonnes d’uranium par an pendant au moins 31 ans, ce qui portera notre pays au 2ème rang des producteurs d’uranium dans le monde. En ce qui concerne les retombées, elles seront à la taille de ce projet, c’est-à-dire significatives. On peut citer, entre autre, 1500 emplois permanents directs qui seront créés, le renforcement des capacités des ressources humaines nigériennes, les innombrables opportunités d’affaires pour les entreprises nigériennes, notamment dans le domaine du transport (pendant les 3 ans de construction, 180.000 tonnes devront être acheminées sur le site et 24.5000 tonnes/ an en phase de production), dans le domaine du bâtiment et des travaux publics avec les chantiers d’aménagement des routes de désenclavement du site et de construction des installations industrielles et des bâtiments d’habitation des travailleurs.
 
Dans le domaine des infrastructures, ce projet a ouvert la voie à un partenariat renforcé avec Areva NC et qui permettra au Niger de déboucher, à moyen et long termes au renforcement des capacités de SONICHAR, à la connexion de notre pays au réseau ferroviaire de la sousrégion et à la conception et la mise en oeuvre d’un programme électro nucléaire. Selon toujours la même convention, les retombées pour les finances publiques seront aussi importantes, notamment à travers les recettes fiscales et douanières et la commercialisation directe de l’uranium par notre pays. La présidente du directoire d’Areva, Mme Anne Lauvergeon, avait indiqué, lors de cette cérémonie que cette étape marque le renforcement du partenariat historique qui unit depuis un demi-siècle le Niger et Areva.
 
Elle avait ajouté qu’elle couronne trois ans de travaux de recherche et de développement du gisement et intervient à l’issue d’un processus approfondi de validation des aspects industriels, sociaux et environnementaux du projet proposé au Niger. Selon Mme Anne Lauvergeon, l’accord prévoit une répartition capitalistique de 66 % pour AREVA et de 34 % pour l’Etat du Niger dans la société créée en vue de l’exploitation du gisement. Elle a enfin indiqué qu’avec une production à terme estimée à 5 000 tonnes par an pendant plus de 35 ans, un investissement initial de plus de 1,2 milliard d’euros (800 milliards de francs CFA) et la création de près de 1 400 emplois directs, l’exploitation du gisement d’Imouraren est le plus.
 
Areva décide du report de l’exploitation du gisement d’Imouraren..
 
Areva annonce que la production d’uranium sur le gisement nigérien d’Imouraren ne débutera qu’en 2013 ou 2014, soit un à deux ans plus tard que prévu, lors de la signature de la convention ci-dessus mentionnée, en raison des conséquences de la crise financière. Le groupe français continue de tabler sur une production de 5.000 tonnes par an pour ce site, a précisé le groupe français. Areva exploite actuellement deux gisements d’uranium au Niger, ceux de Somair et Cominak dans le nord du pays, qui devraient produire cette année 4.030 tonnes au total, contre 3.242 l’an dernier. Concernant Imouraren, “nous ne serons pas en mesure de démarrer la production en 2012. Les premières tonnes d’uranium sont prévues en 2013-2014”, a déclaré vendredi Moussa Souley, un porte-parole d’Areva à Niamey, dans un courrier électronique en réponse à des questions de Reuters.
 
“Avec la crise financière, les marchés ont évolué et nous avons dû réévaluer le coût global du projet”, a-t-il expliqué pour justifier le report du démarrage de l’exploitation. “Le montant de l’investissement n’a pas changé.” “Le niveau de production prévu de la mine est de 5.000 tonnes d’uranium par an”, a-t-il précisé. Estimé à plusieurs milliards de FCFA d’euros, le gisement d’Imouraren devrait devenir le plus gros gisement d’uranium d’Afrique. La junte qui a pris le pouvoir à Niamey a assuré que les investisseurs étrangers avaient été rassurés. Pour l’instant la question est de savoir si en prenant unilatéralement cette décision Areva n’est pas en train de remettre en cause cette convention ?