Votre panier est vide  Votre compte

C.I : le camp Gbagbo appelle à l'assaut contre le QG de Ouattara

  • Par biacorp
  • Le Jeu 30 Déc 2010
  • Commentaires (0)

Ecrit par BIACORP

 Les partisans de Laurent Gbagbo ont appelé mercredi à prendre d'assaut le quartier général de son rival Alassane Ouattara à Abidjan, protégé par les Casques bleus de la mission onusienne en Côte d'Ivoire, qui a dénoncé les "appels à la haine" à son encontre.

Après avoir reporté - en signe d'apaisement durant les négociations diplomatiques en cours - un grand rassemblement prévu ce mercredi à Abidjan, le leader des "jeunes patriotes" pro-Gbagbo a signifié que l'heure de l'affrontement était proche, à l'issue d'un mois de crise née de la présidentielle du 28 novembre.

 "Au-delà du 1er janvier, moi Charles Blé Goudé et les jeunes de Côte d'Ivoire, allons libérer le Golf Hôtel les mains nues", a-t-il lancé devant quelques milliers de partisans.

Reconnu président sur le plan international, Alassane Ouattara est retranché avec son gouvernement dans cet hôtel de luxe soumis à un blocus des forces pro-Gbagbo. Le "Golf" est protégé par des éléments de l'ex-rébellion alliée à Ouattara et par les 800 Casques bleus de la mission onusienne, l'Onuci.

Au lendemain d'une attaque contre un convoi de l'Onuci, au cours de laquelle un Casque bleu a été blessé, l'ONU a accusé la télévision d'Etat RTI, contrôlée par le régime Gbagbo.

Selon Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix aux Nations unies, la chaîne relaie des "appels à la haine" contre cette force de quelque 9.000 hommes, dont le président sortant a exigé le départ.

Alors que la crise post-électorale a été marquée par des violences meurtrières, l'ambassadeur nommé par Ouattara aux Nations unies, Youssouf Bamba, a sonné l'alarme. "Nous sommes à deux doigts d'un génocide. Il faut faire quelque chose", a-t-il exhorté, demandant à l'Onuci de protéger les civils.

Au moins 173 personnes ont été tuées selon l'ONU autour de la mi-décembre. Le gouvernement Gbagbo a évoqué un bilan de 53 morts depuis fin novembre, dont 14 membres des Forces de défense et de sécurité (FDS, loyales au sortant).

Dans ce contexte intérieur très tendu, l'Afrique de l'Ouest a cependant privilégié la négociation, même si elle se préparait à une éventuelle opération militaire pour chasser Gbagbo.

"Nous discutons toujours", a déclaré le chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays).

Mandatés par l'organisation régionale, les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires étaient venus voir mardi Gbagbo à Abidjan pour lui adresser un ultimatum: céder le pouvoir ou prendre le risque d'une intervention armée ouest-africaine.

Les émissaires "y retournent le 3 janvier", a annoncé Jonathan devant la presse, après un entretien avec Koroma et Pires dans la capitale fédérale nigériane Abuja.

"Quand il y a une dispute, c'est le dialogue qui résout tous les différends, ce dialogue est en cours", a expliqué le président Jonathan.

Une intervention militaire "semble, heureusement, écartée pour le moment", a déclaré Jorge Borges, secrétaire d'Etat capverdien aux Affaires étrangères.

L'usage de la force restait toutefois possible puisque les chefs d'état-major des pays de la région se sont réunis mardi et mercredi à Abuja pour évoquer le dossier ivoirien.

Selon un haut responsable militaire, la réunion était notamment consacrée à "la question de la logistique". "La Cédéao souhaite envoyer une force de 2.000 à 3.000 hommes", a indiqué une source diplomatique, tout en s'interrogeant sur sa capacité à y arriver.

"L'option militaire reste sur la table", en a conclu le porte-parole du gouvernement Ouattara, Patrick Achi.

La pression internationale restait forte sur le pouvoir en place. L'Union européenne va porter à 61 le nombre de proches de Gbagbo qui seront interdits de visas, selon une source diplomatique.

Sur le terrain, après l'appel à la grève générale du camp Ouattara, l'activité était assez peu affectée dans certains quartiers d'Abidjan, mais dans d'autres la métropole avait des airs de ville morte, entre commerces fermés et circulation quasi-inexistante.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×