Votre panier est vide  Votre compte

L’ERREUR FATALE DU GENERAL DJIBO SALOU

Ecrit par Ousmane Danbadji de l’Union (N°65 du 29 Septembre 2010)

On a coutume de dire, on ne change pas une équipe qui gagne. Mais alors pourquoi, le CSRD et le Gouvernement de Transition ont changé la tête de la DGD qui a pourtant fait ses preuves, en termes de mobilisation des recettes douanières, et en termes de rigueur dans les nominations. La nomination de Mme Yabo à la tête de la DGD est en contradiction avec les objectifs que s’est fixé le Chef de l’Etat pour maximiser les recettes internes au niveau des différentes régies financières.

S’il est vrai que le souci du Général est de renflouer les caisses de l’Etat, l’actuelle DGD est très loin de répondre à une telle préoccupation au regard d’interminables désordres financiers qu’elle ne cesse de créer ça et là et son incapacité notoire de coordonner les actions douanières. D’ores et déjà on entend de très vives critiques à propos de nominations à la tête de bureaux des douanes qui ont fait la part belle aux nombres influents du Syndicat National des Agents des Douanes (SNAD). Prenons le cas du Secrétaire Général dudit syndicat qui cumule son mandat avec celui de Vice-président de la Fédération Nigérienne de football (FENIFOOT), de premier Rapporteur du Conseil National et Chef de Brigade des Douanes située au quartier aéroport. Dans des conditions pareilles, difficile de trouver l’efficacité. Pire, serait la pagaille qui règne au niveau des services des douanes. Ici encore la preuve vient d’être donnée avec le scandale de la fraude douanière qui défraye en ce moment le colonel des douanes IBRO Ayouba, ancien Secrétaire Général du SNAD.

Depuis la nomination de Madame Zeinabou Yabo au poste de Directrice Générale des Douanes, les situations se cumulent dans les services des douanes, comme si un malin génie œuvrait pour rendre l’atmosphère des affaires délétère. Il n’y a pas longtemps, il y avait eu toute la cacophonie des opérateurs économiques sur l’importation de l’huile et du ciment, une histoire dans laquelle les services des douanes ne seraient pas étrangers. Tout ce qui n’augure rien de bon en termes de mobilisation de recettes douanières. Mais n’est-ce pas que si à l’heure du bilan annuel, les chiffres se révèlent négatifs, certains trouveront à dire que c’est le CSRD et le Gouvernement de Transition qui l’auront cherché pour le Niger. Toutes choses qui pourraient alors susciter son départ pour incompétence notoire.