Votre panier est vide  Votre compte

L’INSPECTION D’ÉTAT DILIGENTÉE À LA PRIMATURE PAR LE GÉNÉRAL DE CORPS D’ARMÉE DJIBO SALOU SUSCITE DE LA PANIQUE ET SURTOUT: L’INQUIÉTUDE...

  • Par biacorp
  • Le Ven 10 Déc 2010
  • Commentaires (0)
Écrit par Moussa NAGANOU (Le Patriote 15 - N° 40 du 08 Décembre 2010) Aujourd’hui le rapport encore partiel reste à peine connu que déjà une grave inquiétude gagne les rangs de ses proches. Au cours de cette semaine certains militants ont songé même à retourner au MNSD NASSARA le parti d’origine où ils revétront à leurs robes habituelles mais non contents d’aller occuper un rang de second plan hésitent encore. Mais beaucoup en ont éprouvé la nostalgie d’y retourner. Cela n’est pas encore totalement exclu L’on est entré dans une course de poids mort cette semaine dans les rangs des proches de l’ancien premier ministre Hama Amadou à cause de l’inspection d’État diligentée à la primature couvrant la période de 2000 à 2010. Alors que quelques mois auparavant, il apostrophait à qui veut l’entendre qu’il a assuré une gestion de bon père de famille autrement dit une bonne gestion! Aujourd’hui le rapport encore partiel reste à peine connu que déjà une grave inquiétude gagne les rangs de ses proches.
Au cours de cette semaine certains militants ont songé même à retourner au MNSD NASSARA le parti d’origine où ils revétront à leurs robes habituelles mais non contents d’aller occuper un rang de second plan hésitent encore. Mais beaucoup en ont éprouvé la nostalgie d’y retourner. Cela n’est pas encore totalement exclu car avec l’inspection en cours à la primature, du coup c’est le débat sur la disqualification des anciens leaders qui est remonté en surface. En signant cette requête d’inspection c’est plus de 7 ans de gestion sans partage de la primature par un seul homme qui va être mis en revue plus les 3 ans de gestion de Seini Oumarou et Gamatié. Pourtant du coté des deux autres anciens premiers ministres cette inspection est tout à naturel et même normal car cela signifie que le président du CSRD, chef de l’État tient parole et poursuit sa mission conformément à la triptyque qui marque son engagement à savoir assainir, restaurer la démocratie et réconcilier les Nigériens. Pourquoi s’inquiète-on tellement alors que le rapport n’est même pas finalisé et ne vise personne que la gestion des finances publiques soient moralisées? A-ton déjà écho que le rapport pourrait-il être accablant? Des simples interrogations et toutes légitimes qui méritent des réponses sinon comment expliquer des partisans s’agitent si ce n’est que parfum d’inquiétude ressentie au plus haut niveau! À suivre.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.