Votre panier est vide  Votre compte

OTAGES FRANÇAIS. LA FRANCE PRÊTE À NÉGOCIER AVEC AQMI ?

  • Par biacorp
  • Le Sam 25 Sept 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par Le Telegramme.com

  La France restait sans nouvelles des otages français enlevés au Niger par al-Qaïda, avec qui elle cherche à entrer en contact. Quant aux trois marins du groupe Bourbon kidnappés par des pirates, ils auraient été localisés.

Otages au Niger: Nouer le contact avec al-Qaïda.
«Pour l'instant, notre souci c'est de pouvoir entrer en contact avec al-Qaïda, d'avoir des revendications que nous n'avons pas», a expliqué hier Hervé Morin, surRTL. L'heure est donc à la négociation avec les ravisseurs de sept personnes dont cinq Français, qui travaillaient pour Areva et Satom au Niger. «Ce que nous souhaitons, c'est qu'al-Qaïda puisse à un moment ou à un autre nous mettre au moins des revendications sur la table» a ajouté le ministre de la Défense. Estimant que la France avait «toute raison de penser» que les otages étaient encore en vie, il a évoqué «d'autres cas», où Aqmi avait «négocié». Des déclarations qui tranchent avec les discours récents de François Fillon et Nicolas Sarkozy, les deux évoquant «une guerre contre al-Qaïda». Une intervention militaire a toutefois été écartée par le ministre de l'Intérieur en visite au Mali.

Burkina: arrivée de militaires français.
Officiellement, il n'y a aucun lien avec les otages enlevés au Niger. Mais des militaires français sont arrivés au Burkina voisin pour une «formation» à la lutte antiterroriste. Cette forme de coopération militaire franco-burkinabée fait partie des «opérations classiques de formation de nos hommes», a expliqué un officier burkinabé, faisant état d'une «coïncidence». Ouagadougou serait pourtant disposé à ouvrir son espace aérien aux aéronefs français. 80 militaires français ont déjà été positionnés à Niamey au Niger et mènent depuis des vols de reconnaissance.

Les trois marins enlevés au large du Nigeria «localisés».

Les trois marins français, enlevés par des pirates lors de l'assaut mercredi du Bourbon Alexandre au large du Nigeria, ont été «localisés» par le principal groupe de rebelles du sud de ce pays (Mend). Ils ont affirmé être en pourparlers avec les ravisseurs. Ce mouvement, qui réclame une meilleure redistribution dans le delta du Niger de la manne générée par le pétrole, a revendiqué dans le passé plusieurs enlèvements d'employés du secteur pétrolier.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×