Votre panier est vide  Votre compte

Plainte de la famille Tandja: La Cour de la CEDEAO n’a pas prit en compte les ‘’lettres’’ de Tandja

  • Par biacorp
  • Le Mar 10 Août 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par LE TEMOIN du 05 au 11 août 2010

   L’audience pour l’examen de la plainte déposée par la famille Tandja pour détention extrajudiciaire de l’ancien Président de la république a été examinée ce mercredi 03 août 2010. Le principal constat est que l’objectif du Conseil Suprême pour la Restauration de Démocratie (CSRD) - qui espérait l’abandon des poursuites avec les fameuses lettres supposées avoir été écrites par le ‘’gardé’’ Tandja pour se désolidariser de sa famille et pour supplier le Président du CSRD de continuer à le garder à la ‘’Villas Verte’’ au lieu de le libérer pour qu’il puisse rejoindre sa famille (qui n’a pas le droit de lui rendre visite) ou un centre des soins de santé bien que, dans la même lettre, il se dit malade – n’a pas été atteint. Vraisemblablement, les juges de la Cour n’ont pas tenu compte de ces lettres, dont l’authenticité reste à prouver. Et en plus, pour le retrait d’une plainte, c’est à celui qui l’a déposée de le faire. Et comme il ne viendra à l’idée de personne de défendre que les enfants de Tandja n’ont pas le droit de déposer une plainte pour demander la libération de leur père, il ne reste à l’avocat du CSRD qu’a prouver que la situation d’exception dans laquelle se trouve le Niger peut permettre à la junte au pouvoir de faire fi de certaines traités et conventions internationales ratifiés par le Niger et dont les conquérants du 18 février 2010, dans leur première déclaration, disent respecter.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×