Votre panier est vide  Votre compte

Point de presse du ministre de la Défense nationale sur la tentative de coup d’Etat avorté

  • Par biacorp
  • Le Lun 18 Jan 2016
  • Commentaires (0)

Le ministre de la Défense nationale M. Karidjo Mahamadou a animé, hier, un point de presse relatif à l’enquête sur la tentative de coup d’Etat avorté du 18 décembre dernier. En rencontrant la presse nationale et internationale, le ministre de la Défense nationale a tenu à expliquer la situation née de cette tentative de déstabilisation engagée par un groupe d’officiers des Forces armées nigériennes (FAN) et de la Garde nationale du Niger.

Tout a commencé lorsque le 15 décembre, la gendarmerie nationale, sur la base d’informations en sa possession, a alerté les autorités nationales qu’un coup d’Etat est en cours de préparation par des individus qui planifiaient le coup d’Etat avec une volonté manifeste d’attenter à la vie du Chef de l’Etat.

L’enquête menée par la gendarmerie a d’abord abouti à l’arrestation d’un certain nombre d’officiers suspectés d’être les cerveaux de la sale besogne. D’autres arrestations ont suivi et permis de mettre la main sur treize personnes au total. Parmi ces personnes arrêtées figurent, dix (10) militaires, deux (2) Gardes nationaux et un (1) civil et de retrouver une liste de dix autres officiers dont les responsabilités n’ont pas encore été établies a dit le ministre de la Défense nationale. En outre, dix (10) civils et trois (3) douaniers dont les cas sont objet d’investigation en cours pour situer les responsabilités. Toutes les personnes sont arrêtées pour le besoin de l’enquête préliminaire.

Selon le ministre karidjo Mahamadou, les investigations menées ont confirmé qu’il y a des faits avérés qui prouvent qu’effectivement une tentative de renversement des autorités était en cours. ”Heureusement elle a été déjouée” a-t-il dit précisant que les auteurs prévoyaient d’utiliser des moyens terrestres et aériens de l’armée nigérienne pour attaquer le convoi et le palais présidentiels au retour du Chef de l’Etat de Maradi en complicité avec des éléments de la garde présidentielle. karidjo Mahamadou a clairement expliqué, en invoquant les dispositions légales et juridiques en la matière, que le dossier est traité dans le respect strict des lois et de procédure de la justice militaire.

Il a souligné qu’un dossier tel que celui d’un coup d’Etat est très délicat et est traité avec la plus grande attention et le professionnalisme de la part des structures concernées. “Dans le code de justice militaire les peines sont énormes. Donc il faut faire très attention pour ne pas sanctionner à tort quelqu’un qui n’a rien à voir avec cette affaire” a dit le ministre ajoutant qu’il y a même une liste de dix (10) officiers retrouvée au domicile de l’officier considéré comme le cerveau de la tentative du coup d’Etat déjoué, mais qui n’ont pas été interpellés.

A l’heure actuelle, les enquêtes sont avancées et elles se déroulent dans le respect des règles et des droits des prévenus.

Selon le ministre, les dossiers seront transmis dans un bref délai au tribunal. Les prévenus ont été d’abord écoutés par la gendarmerie et des confrontations ont eu lieu entre les personnes impliquées là où il s’est avéré nécessaire de les faire. Le ministre a souligné que les éléments évoqués lors de son point de presse portent essentiellement sur les actes de la gendarmerie nationale pour lever toute équivoque indiquant que l’aspect judiciaire relève exclusivement du ressort de la justice.

Celle-ci aura bientôt l’occasion de plancher sur le dossier qui lui sera transmis. Réagissant à la question relative à une éventuelle implication de M. Hama Amadou, le ministre de la Défense nationale a confirmé qu’il a été cité. Et pour cause, il été effectivement écouté à Filingué où il garde prison.

Le ministre a toutefois indiqué qu’il ignore le contenu du dossier qui ne lui est pas encore parvenu tout en précisant qu’il ne lui appartient pas de dire qu’une personne ou une autre est impliquée et qu’il le jette de l’opprobre sur personne. Les faits sont là et les personnes soupçonnées seront jugées conformément aux textes de lois du Niger. « La justice va trancher et je souhaite qu’elle tranche bien pour le bien du peuple du Niger et pas pour le bien de quelqu’un d’autre”, a dit M. karidjo Mahamadou.

L’enquête se poursuit et au besoin Hama Amadou peut encore être écouté. Le ministre s’est gardé de donner l’identité des personnes interpellées, ni de celles soupçonnées dont les responsabilités ne sont pas établies.
Parmi les personnes interpellées, il y a, a-t-il souligné, un officier général des FAN et des officiers supérieurs ainsi que des douaniers sans les citer nommément. Il a affirmé que dans les prochains jours, toutes ces personnes interpellées seront déférées devant le tribunal militaire qui aura à traiter la question pour la manifestation de la vérité.

Réagissant sur les rumeurs d’aveux distillées, le ministre de la Défense a confirmé que quatre (4) personnes ont d’ores et déjà formellement reconnu avoir participé à cette entreprise de déstabilisation et ont demandé la clémence sans toutefois donner plus de détails sur leur identité.

Niger Issoufou Mahamadou 7ème République niamey politique ministre ksim's Actu interpellations Karidjo Mahamadou défense nationale tentative coup d'Etat

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.