Votre panier est vide  Votre compte

AFFAIRE DES 20 MILLIARDS DE LA NIGELEC: La controverse se poursuit

  • Par biacorp
  • Le Dim 02 Mai 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par Ibrahim Elhadj dit Hima (Roue de l’Histoire n° 505 du 28 Avril 2010)

Rien n’a été trouvé à la Nigelec des 20 milliards de francs CFA d’appui annoncé en conseil des Ministres du gouvernement de Tandja Mamadou, a déclaré récemment le Ministre, porte-parole du nouveau gouvernement de la transition. C’était au cours d’un point de presse, il y a deux semaines. Depuis, aucune précision n’a été apportée sur cette question. 20 milliards de francs lourds, cela constitue pourtant une somme d’argent fort importante et l’affaire ne pouvait pas être laissée en chantier. Pour l’instant, le gouvernement n’a apporté aucune précision sur la rocambolesque affai re. Délicate affaire qui met face à face deux gouvernements, le gouvernement déchu de Tandja Mamadou et le gouvernement de transition militaire du CSRD. Des recoupements et quelques bribes d’information qui ont filtré de cette affaire font cas plutôt d’un montant de 10 milliards de francs au lieu de 20 milliards qui avaient été évoqué par le Ministre, porte-parole du gouvernement, Mahaman Laoual i Dan Dah.

Il s’agit comme nous l’avons rapporté d’un accord de prêt entre le gouvernement indien et le gouvernement nigérien à travers la banque indienne Exim Bank. Le montant exact du prêt s’élève à 20 millions de dollars estimés à l’époque à environ 10 milliards de francs CFA, correspondant à la ligne de crédit mise à la disposition de la Nigelec. En fait, il est ressorti qu’à la signature de cet accord, l’administrateur délégué de la Nigelec a voulu disposer directement du montant de financement en liquide. Toutes les discussions à l’époque entre l’Administrateur délégué de la Nigelec et le Ministre des finances qui a signé l’accord de prêt ont porté sur le mode d’utilisation de ce crédit. Peut-être parce que Foukori Ibrahim avait ses fournisseurs agréés ou parce qu’ il avait ses préférences sur les marchés d’achat ? La convention signée avec Exim Bank porte cependant sur un prêt lié qui comporte certaines obligations. En terme clair, le Ministre des finances signe l’accord avec Exim Bank qui met à la dispo- sition de la Nigelec une ligne de crédit de 20 millions de dollars, soit environ 10 milliards de francs CFA. Sur la base de cette ligne de crédit, la Nigelec effectue ses commandes. Et c’est là qu’intervient des dispositions d’obligations de l’accord. Le matériel, groupes électrogènes et turbines, doit être acheté en Inde.

En somme, c’est la Nigelec qui fait ses achats et les clauses de l ’accord indiquent que la société doit procéder à un appel d’offres en direction des sociétés industrielles indiennes pour l’acquisition du matériel électrique. Que restera-t-il de cette affaire de 20 milliards de francs CFA qui n’a laissé aucune trace ? Il faut noter aussi que parallèlement aux 10 milliards d’Exim Bank, un autre accord de crédit était en cours avec la BID pour un montant de 25,5 mill ions d’euros. Qu’est devenu ce dernier accord ? On n’en sait pas beaucoup, toujours est-il que dans l’entourage de la Nigelec on retient que seul le crédit signé avec Exim Bank a été effectif. Des mêmes sources notent l ’acquisition du matériel électrique, les turbines et groupes électrogènes ont été réceptionnés et acheminés dans les différentes régions du pays. On indique notamment qu’il est attendu à Niamey des turbines mais dont l’ installation ne sera opérationnelle qu’à l’horizon 2011.
 
Dans une dernière intervention suite aux graves coupures d’électricité intervenues récemment, le nouveau Administrateur délégué de la Nigelec a indiqué que le matériel électrique de la Nigelec est entrain d’arriver. Ce qui confirme, dans une large mesure, le témoignage de certains techniciens de la Nigelec qui soutiennent que plusieurs groupes électrogènes et turbines sont déjà acheminés à l’intérieur du pays alors que d’autres sont attendus. Qui dit vrai entre le nouveau Administrateur délégué de la Nigelec et le Ministre porte-parole du gouvernement ? Cette affaire des 20 milliards de la Nigelec restera encore pour quelques temps une affaire véritablement cocasse.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.