Votre panier est vide  Votre compte

AFFAIRE IBRAHIM HAMIDOU ET CONSORTS : ‘’J’ACCUSE’’...

  • Par biacorp
  • Le Dim 26 Sept 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par H.Couk (Le visionnaireN° 066 du 23 Septembre 2010)


  Bien entendu l’affaire d’Ibrahim HAMIDOU et consorts n’est pas, toute proportion gardée, une nouvelle affaire Dreyfus. L’on se rappelle que cet officier français avait été accusé à tort, dégradé et emprisonné de longues années, avant que les consciences éveillées, telles que celle de l’écrivain, Emile ZOLA, ne se braquent contre une telle iniquité. Mais dans le principe, les articulations de ce déni de justice sont parallèles. Et nous, au journal ‘’Le Visionnaire’’, nous sommes extrêmement décidés à mener le même combat que notre illustre devancier, l’écrivain-journaliste ZOLA. Que les choses soient claires dès le départ. Il ne s’agit pas pour nous de voler au secours d’un ‘’tazartchiste’’ convaincu, mais de défendre un principe sacro-saint, celui de l’égalité des citoyens devant la loi. Bien sûr, nous sommes, pour le moment, dans un état d’exception, issue du coup d’état salutaire du 18 février 2010.

Mais à partir du moment où une nouvelle constitution installera une septième République, nous n’aurons plus le droit de laisser libre cours à l’arbitraire. Rien, d’ailleurs n’interdit, aux autorités de la transition d’essayer dès maintenant de mettre en pratique les futures contraintes institutionnelles. Ce serait une façon de préparer le terrain. Comme nous l’avons prétendu dans notre précédente livraison, Ibrahim HAMIDOU n’a pas blanchi de l’argent sale, n’a pas eu la possibilité de faire du trafic d’influence n’ayant aucune responsabilité officielle dans l’appareil d’Etat. Il reste qu’un fonctionnaire a avoué avoir reçu de lui une somme dérisoire, vus les enjeux, somme assimilable, dans nos cultures, à de la « cola ».

Si, pour une telle convivialité, on devait enfermer des gens, c’est la moitié du pays qu’il faudrait s’apprêter à embastiller. Ceci étant, j’accuse donc ceux tapis dans l’ombre, qui ont favorisé une telle dérive du processus judiciaire. J’accuse ceux, le sachant parfaitement, qui ont détourné leur tête et fermé leurs yeux. J’accuse tous ceux qui ont la possibilité de réagir et ne font strictement rien. J’accuse enfin tous ceux qui jouent au Ponce Pilate, en se désintéressant du sort, jusqu’à preuve du contraire, d’un innocent, ou présumé comme tel. Ibrahim HAMIDOU est en train de végéter dans sa prison de Koutoukalé sans avoir effleuré de la main, le moindre sou de l’Etat. Est-ce normal ? Jusqu’où irons-nous dans le renoncement pour satisfaire une injustice? Les autorités actuelles ne peuvent laisser une telle iniquité entacher leur noble mission.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.