Votre panier est vide  Votre compte

Détournement de deniers publics au Niger : Une Fatalité ?

  • Par biacorp
  • Le Mar 27 Sept 2011
  • Commentaires (0)
Ecrit par Amza Tidjani Le détournement de biens publics est devenu le sport favori des dirigeants nigériens et cela depuis belle lurette. Tout le monde connaît qui détourne quoi. Mais qu’est-ce que qui est concrètement entrepris jusque là pour arrêter cette hémorragie financière imposée au paisible peuple nigérien? La question mérite d’être posée vu le mépris ou le peu d’importance que semble accorder les différentes autorités qui se sont succédées au sommet de l’État à un moment ou à un autre. Au finish, c’est le statu quo. On interpelle des gens, on les garde à vue un moment à la PJ (police judiciaire) et souvent on les transfère dans l’une des prisons du pays pour un laps de temps. Et, hop! Ils sont relâchés, sous LIBERTÉ CONDITIONNELLE; et le cirque continue pendant que le citoyen lamda en fait les frais! Est-ce là le vrai devenir du Niger?
Sommes-nous condamnés à vivre ainsi? Oui! Sommes-nous condamnés à vivre dans cette atmosphère délétère où seuls ceux qui sont aux commandes de l‘État peuvent se garantir une vie prospère et un avenir meilleur à leurs progénitures et alliés? Vous qui « mangez » l’argent du contribuable nigérien, est-ce qu’il vous est venu une seule fois à l’esprit le calvaire que vit la quasi totalité du vaillant peuple nigérien vivant dans une pauvreté indescriptible par votre seule faute, vous mêmes qui êtes censés servir ce peuple, je veux dire vous, les soient disant dirigeants et autres cadres? Toi fonctionnaire de l’État, recruté et engagé à la fonction publique pour servir ton peuple ou toi qui es allé demander les voix des gens (que tu méprises aujourd’hui) pour que tu sois nommé ou pour que tu sois à la place que tu occupes aujourd’hui, as-tu pensé à la misère dans laquelle végète ces vaillantes populations par ta seule faute ou disons par le système érigé en méthode gouvernance et qui de ce fait ne profite qu’à ceux ou celles qui ont pu intégrer ce système diabolique? Toi! Es-tu fier de ta situation pendant que la majeure partie du peuple négocie son pain quotidiennement? Ta conscience ne t’interpelle pas en ce sens que pendant que tu jubiles les profits que tu as pu faire au dos du peuple, celui-ci se demande toujours la question de savoir ce que sera le lendemain; ou bien que le citoyen se demande « que vais-je faire demain pour avoir de quoi manger? » Es-tu conscient de cela? Une société harmonieuse doit être par essence équitable; doit être une société où chacun(e) ne touche que les dus équivalant à son labeur ni plus ni moins. Depuis des décennies, tout est à poids mort, c’est la « balsa » comme on le dit dans le jargon des « fadas ». Chacun(e) profite le plus, le temps qu’il ou elle est aux affaires. Mais est-ce là le vrai sens d’une vie en communauté? Vivre ainsi, c’est comme vivre à l’état de nature où prédomine la loi du plus fort, où les grands mangent les petits. Sommes-nous encore à ce stade? Vu la situation que vit le Niger depuis un demi-siècle, l’on ne peut répondre que par l’affirmative! Alors que faire? Appliquer tout simplement la loi et ce, dans toute sa rigueur. La grille salariale est connue de tous au Niger, par conséquent le revenu annuel d’un fonctionnaire de l’État. Si ce même fonctionnaire entreprend des trucs hors norme, pas clairs, il doit s’expliquer à qui de droit. Et, concernant les membres du gouvernement et autres institutions de la République, les mêmes règles doivent être de mise. Déclaration de biens avant et après la prise de fonction (suivie d’une vraie inspection à l’arrêt de la fonction). Et, s’il le faut, rendre publique le revenu d’un ministre ou DG (directeur général) d’une société d’État ainsi que les autres avantages, pour qu’en fin de compte tout le monde soit au même diapason par rapport à qui a fait quoi pendant l’exercice de ses fonctions. Mais pour aboutir à de telles choses, le système doit être plus fort que les hommes ou les femmes qui l’animent. Pourquoi ne pas alors créer un démembrement de l’état qui peut œuvrer dans le sens du contrôle de l’application rigoureuse des lois que le peuple nigérien s’est librement données, si l’Assemblée Nationale ne peut pas faire l’affaire? Car, nul n’est censé être au dessus de la loi! Il faut donc châtier sans état d’âme TOUS les présumés « détourneurs » ou coupables pour donner le bel exemple une fois pour toute!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.