Votre panier est vide  Votre compte

Libérateur et formidable chef d’orchestre !

  • Par biacorp
  • Le Mar 10 Août 2010
  • Commentaires (0)

Écrit par FLIC MAGAZINE N° 00 - du 10 AOUT 2010

   Quand, en perpétrant son coup d’Etat le 18 février dernier, le chef d’escadron Djibo Salou se voulait déterminé, il savait bien qu’il risquait gros en cas d’échec de sa tentative. Mais plus que sa vie, le jeune officier de l’armée qu’il est (juste 45 ans), natif de Namaro (un village situé dans le canton de Karma à quelques brasses de Niamey sur les bords du fleuve) avait placé le devenir du Niger au-dessus de tout. Le coup d’Etat s’est passé comme on le sait sans grandes bavures, à la joie de tous. Et le peuple libéré a applaudi après avoir poussé un ouf de soulagement. Depuis, Djibo Salou, devenu Général de corps d’armée, prend son destin en mains. Il s’assume avec honneur à la grande joie de tous. Modeste et relativement effacé, quoique tranchant au besoin, il n’en mène pas moins bien sa barque. Le Niger, à n’en point douter, est en de bonnes mains. Le Général Djibo Salou, à tous points de vue, est un homme de parole. Pour restaurer la démocratie, après une transition de douze (12) mois qui lui a été fixée unilatéralement par le Conseil Consultatif qu’il a lui-même mis en place, il se veut inlassable et surtout rigoureux. L’unité des Nigériens, il y tient si l’on peut dire comme à la prunelle de ses yeux. Mais pour créer l’unité, il sait bien qu’il faut passer par une délicate étape où les dilapideurs de sous de l’Etat et autres forfaiteurs des gestions précédentes, doivent rendre compte à la nation.

Pour l’exemple. Mais surtout, pour assainir le terrain en le débarrassant de ses mauvaises herbes pour le futur. Une commission chargée de la moralisation des finances publiques s’active à ce sujet. Et elle donne déjà des résultats plausibles en si peu de temps. S’agissant du Conseil Consultatif alors, il a déjà élaboré son calendrier des futures élections ; après avoir pensé bien sûr à la reprise du fichier électoral et à l’établissement d’un nouveau projet de Constitution. Tout est clean pour reprendre l’autre. Mais ce n’est pas tout. Djibo Salou, en cette période difficile, a une pensée émue pour son peuple affamé. Il est au four et au moulin pour lui apporter, partout où il se trouve, l’indispensable nourriture. Déjà, ses actions ont été hautement salvatrices à travers l’aide internationale. Avec la saison des pluies qui s’annonce reluisante, gageons que tout cela ne relèvera plus que du passé. La santé également n’est pas en reste dans les préoccupations du Général Djibo Salou.

 
Ses nombreuses interventions en la matière ont sauvé son peuple de bien de maladies et donc de la mort. C’est donc à juste titre que la Communauté internationale fait amplement confiance à cet homme pour restaurer la démocratie dans notre pays. En témoignent les invitations officielles dont il a fait l’objet de la part de la France pour illustrer sa personne. Aujourd’hui, il est le chouchou de la presse internationale et de ses pairs pour être un homme qui reconstruit. Le gouvernement, qu’il a savamment mis en place et qui l’épaulera utilement dans son noble dessein, assurément, ne faillira pas à sa tâche. Ne serait-ce que pour rassurer les partenaires dans la détermination du Niger à restaurer sa démocratie et à nous trouver l’argent nécessaire pour y parvenir. Le Général de corps d’armée Djibo Salou, indiscutablement, est un gagneur. Et dire qu’il n’a même pas encore six (6) mois aux affaires ! M’enfin, comme dit l’autre : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×